10-Fondations

L'accès à la totalité du contenu de cette fiche impose de vous connecter en utilisant les paramètres qui vous ont été communiqués lors de votre adhésion à l'association AMIH (identifiant et mot de passe).

 

Généralités

Pour toute construction d’ouvrage du domaine du bâtiment (mûr, maison, garage, hangar, pont, …) les fondations sont par essence une base très importante pour la solidité et pérennité de l’ouvrage.

Support d’une maison sur un sol existant, les fondations seront à la fois l’appui, l’assise et la base de l’ouvrage, supportant les charges statiques (poids) et dynamique (forces du vent par exemple) de votre maison.

C’est donc un point majeur d’une construction, duquel peut dépendre son avenir et aussi votre tranquillité.

Préambule :

Il n’est pas question ici de faire de vous (futur propriétaire d’une maison ou de l’extension d’une construction existante), un expert spécialisé dans le terrassement, la maçonnerie et les bétons armés ! Telle n’est pas notre ambition ! L’objectif est plus d’attirer votre attention sur un certain nombre de points pour que vous puissiez être à la fois conscient de leur importance et des exigences à avoir.

Il est clair que s’il y a des règles en vigueur dans ce domaine du gros œuvre (qui évoluent, comme les matériaux), il y a parfois de la méconnaissance, de l’inattention, de l’incompétence, mais aussi de temps à autre des petites économies qui relèvent de l’impasse mais aussi parfois de l’escroquerie volontaire.

 

Conclusions :

On aura nous l’espérons compris à la fois l’importance des fondations et dalles dans la solidité de l’assise de l’ouvrage (donc ici sans parler des divers chaînages : poteaux, raidisseurs, ceintures … dont les dimensionnements et dispositions dépendent de la structure de la maison).

Mais aussi, on l’aura vu dans ce qui précède, l’importance de la mise en œuvre (diverses « couches ») des divers matériaux et l’application des règles de l’art (dimensionnement, dispositions, ordre des choses, durées, …) pour à la fois avoir une maison solide et la moins humide possible avec un minimum de perte calorique.

Ce qui est explicité dans cette fiche, nous le rappelons, n’est pas exhaustif du sujet, mais tente surtout de montrer le bons sens qui prélude ici et, aussi la nécessité de ne pas tenter des impasses ou petites économies ridicules en regard de ce qu’il pourrait se passer en cas de non respect de tels principes.

Certains experts (peu recommandables) missionnés par les assureurs ont des « théories toutes faites » pour minimiser ensuite (en garantie décennale) les désordres et tenter de « disculper » les professionnels (qu’ils voient plus souvent que vous) de leurs erreurs de mise en œuvre ou non-conformité aux règles. On pourrait le cas échéant vous citer les spécimens du sujet !

Vous entendrez ainsi : « Tassements différentiels des sols, additionnés à une charpente pas sèche … » pour des fissures résultant du manque de compactage du hérisson ou de fondations insuffisantes… en cas de rupture de fondation, on a même entendu « vous avez planté des hortensias dont les racines … » alors même que ce sont des plantes hydrophiles qui tendent plutôt à assécher les sols (contrairement à des acacias ou mimosas dont les racines peuvent soulever des fondations) ou encore, « vous ne chauffez pas assez pour enlever l’humidité … ». On a même vu (summum) reprocher à un maître d’ouvrage d’avoir mis autour de l’ouvrage un drain agricole, alors même que : le soubassement était fait de parpaings creux (initialement donc sans aucun drainage du prétendu constructeur !) et en outre avec un hérisson qui n’était pas compacté !!!

Donc outre les manquements aux règles,  il peut de plus s’y ajouter la mauvaise foi des prétendus experts qui défendent les intérêts de ceux qui les missionnent : les assureurs en décennale ou dommage ouvrage (parfois les mêmes). C’est pourquoi il nous semble intéressant de comprendre un peu tout cela.